Elections 2018 : le gouvernement réfute l’accusation de refus d’atterrissage des avions de Fayulu

Un avion jet immatriculé N886 DT stationné à l’aéroport de Goma, cloué au sol par le gouvernement de la RDC qui le soupçonné de trafic illicite des minerais.

Le gouvernement congolais ne refuse pas à un candidat d’autoriser les autorisations de survol et d’atterrissage en RDC des aéronefs pour la campagne électorale. C’est ce qu’a déclaré jeudi 29 novembre à Radio Okapi, Lambert Mende en réponse au directeur de campagne de Martin Fuyulu qui a mis en cause les autorités de la RDC.

Pierre Lumbi, directeur de campagne de Martin Fayulu, a dénoncé jeudi des « manœuvres sordides et dilatoires du gouvernement, qui en réalité retarde délibérément les autorisations de survol et d’atterrissage des aéronefs affrétés de l’extérieur » par le candidat de la coalition Lamuka à l’élection présidentielle du 23 décembre.

Toutes les conditions ayant été réunies, les autorisations devraient, selon lui, être accordées pour tous les quatre aéronefs concernés.

Tout en qualifiant ces informations de mensongères, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, estime que « tout cela procède des stratégies un peu infantiles pour attirer l’attention sur soi puisqu’on est en retard de mobilisation » ; avant de poursuivre : « Nous n’avons pas de raison d’empêcher un Congolais qui veut faire venir du matériel de le faire. C’est hors de question ! »

Martin Fayulu prévoit de démarrer sa campagne électorale dimanche 2 décembre à Beni, au Nord-Kivu, selon le programme communiqué jeudi à la presse par son directeur de campagne.

Martin Fayulu prévoit de démarrer sa campagne électorale dimanche 2 décembre à Beni, au Nord-Kivu, selon le programme communiqué jeudi à la presse par son directeur de campagne.

via radiookapi

Partager avec vos amis: