La marche des Laïcs catholiques interdite à Kinshasa et Mbuji-Mayi

La marche projetée dimanche 21 janvier par le Comité laïc de coordination est interdite. L’Hôtel de ville de Kinshasa, a annoncé cette décision, vendredi 19 janvier, dans une correspondance qu’elle a adressée aux organisateurs. Le vice-gouverneur, Clément Bafiba, affirme qu’il ne peut pas prendre acte de cette marche, les organisateurs n’ayant pas répondu à son invitation pour échanger sur le dossier.

Clément Bafiba avait invité le CLC, en réponse à sa lettre adressée à l’Hôtel de ville, pour informer de l’organisation de sa marche voulue pacifique.

Dans sa lettre, le CLC a indiqué que la marche pacifique des chrétiens visait à exiger des parties prenantes, la mise en œuvre intégrale et de bonne foi de l’accord global et inclusif de la Saint sylvestre.

La ville de Kinshasa a alors invité les organisateurs de la marche, notamment le professeur Thierry Landu, Isidore Ndaywel et Justin Okana, à se présenter à une séance de travail le vendredi 19 à 14 heures, afin d’échanger sur le dossier en vue d’un examen approprié de leur requête.

Le CLC qui a accusé réception de cette lettre le même jour à 12h49’ ne s’est pas présenté à ce rendez-vous, a déploré le vice-gouverneur.

«Je vous ai invité à une séance de travail le vendredi 19 janvier 2018, à l’Hôtel de Ville de Kinshasa, afin de me fournir plus d’informations sur ladite marche, en vue de me permettre de réagir conséquemment. Malheureusement, vous avez brillé par votre absence. Par ailleurs, les informations en ma possession indiquent que l’enquête ouverte après les événements du 31 décembre 2017 n’a pas encore abouti et ses résultats risquent d’être faussés à la suite de l’organisation de votre marche, raison pour laquelle je ne peux en prendre acte», peut-on lire dans la lettre du vice-gouverneur Bafiba.

D’où son appel au commissaire provincial de la police et aux bourgmestres à faire respecter sa décision.

Non à la voie de la rue

Pour sa part, le gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji invite la population du Kasaï-Oriental à consacrer la journée de dimanche au culte à Dieu, et à éviter la voie de la rue.

«Je demande d’observer le calme. Le dimanche a toujours été le jour du Seigneur. Le dimanche n’est pas le jour de la rue. Voilà pourquoi je demande à la population, aux clergés des Eglises, d’avoir une attitude responsable face à toute forme de manipulations d’appel à la rue. Je conseille d’aller prier le Seigneur, d’aller à la messe, prier pour que Dieu nous fasse grâce et qu’il nous donne le désir de nos cœurs», a conseillé le gouverneur Kasanji.

Alphonse Ngoyi Kasanji a rappelé que sa province se trouve dans un secteur opérationnel [après les récentes violences liées au phénomène Kamuina Nsapu].

Dans un communiqué, dont une copie a été remise à Radio okapi, le Comité laïc de coordination du diocèse de Mbuji-Mayi, confirme l’organisation de la marche.

Selon ce document, un groupe de chrétiens partira, à partir de 14 heures, du rond-point de l’université, et le second groupe partira du rond-point Kalala wa Nkata. Le point de chute est la cathédrale Saint Jean Baptiste Bonzola.​

Partager avec vos amis: