Kinshasa : la police dément « avoir ravi » la dépouille de Rossy lors de l’enterrement

L’activiste des droits de l’homme, Rossy Mukendi, a été inhumé samedi 19 mai à Kinshasa. Plusieurs membres des mouvements citoyens présents aux obsèques accusent la police d’avoir dispersé à coup des gaz lacrymogènes la foule qui accompagnait l’illustre disparu à son dernier demeure et d’avoir ravi à ses proches le cercueil au niveau du boulevard triomphal pour l’escorter jusqu’au cimetière et procéder à l’enterrement.

« On était bien parti de la cathédrale. Lorsque nous sommes arrivés au niveau du Triomphale, on nous a interdit l’accès au Palais du peuple. C’est là qu’on nous a lancé des gaz lacrymogènes. Ils nous ont obligé de déposer le corps par terre, et le corps de Rossy est resté dans son cercueil pendant 30 min sur le sol. La police est venue après avec plusieurs jeeps, ils ont mis le corps dans le corbillard » relate Gloria Zoe, une jeune activiste du Mouvement Engagement citoyen pour le Changement (ECCHA).

D’après elle, il n’y a pas eu d’interpellations.

Sur les réseaux sociaux, les images du cercueil de Rossy trainant sur le sol au niveau du boulevard triomphal ont suscité l’indignation des internautes. La plupart ont dénoncé le manque de respect des forces de l’ordre envers la dépouille du jeune activiste.

« La police a sécurisé le corps de Rossy »

Pour sa part, la police de Kinshasa dément avoir ravi le corps de Rossy Mukendi à ses proches pour l’enterrer. A en croire le General Sylvano Kasongo, les forces de l’ordre ont plutôt sécurisé la dépouille de l’activiste à la suite des troubles que voulaient provoquer ses proches en cherchant à faire entrer de force le corps du disparu au palais du peuple.

« Arrivé au niveau du Triomphale, ils voulaient faire entrer le corps au palais du peuple. C’est impensable. Il y a eu altercation avec la police qui devrait mettre de l’ordre. C’est comme ça que nous avons négocié avec la famille, on les a escortés jusqu’au cimeterre. Ils ont inhumé eux-mêmes leur fils sans problème. La police n’a pas récupéré le corps, la police a sécurisé le corps de Rossy », a soutenu le commissaire provincial de la police, rappelant que la police avait fait le même travail, sans heurts, au moment de la levée du corps de Rossy Mukendi de la morgue.

Partager avec vos amis: