RDC : la CENCO déconseille l’éventualité d’un « troisième mandat » pour Joseph Kabila

Abbé Donatien Nshole, premier secrétaire général adjoint de la Commission Episcopale Nationale du Congo (CENCO) lors du lancement de la campagne de sensibilisation sur la résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU et sur l’accord de la Saint-Sylvestre le 04/05/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) dénonce les déclarations de la Majorité présidentielle sur la possibilité d’un autre mandat pour Joseph Kabila. Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 24 mai à Kinshasa, son secrétaire général, l’Abbé Donatien N’shole fait savoir que « ces propos sont motivés par les intérêts de leurs auteurs. »

« Ces propos, motivés par les intérêts de leurs propres auteurs et non du chef de l’état qui ne gagnera pas à être responsable de l’embrasement du pays, doivent être déconseillés par ceux qui aiment le Congo », conseillent les évêques catholiques.

Selon l’Abbé Nshole, ces déclarations « peuvent facilement déboucher sur des situations de violence préjudiciables pour la paix et la stabilité de la RDC et de toute la sous-région. »

Le secrétaire général de la CENCO regrette que certains ténors soutiennent l’idée d’un troisième mandat « au mépris de la constitution. »

« Plus grave encore est la série de déclarations que l’on enregistre de la part de certains ténors de la majorité présidentielle qui évoquent la possibilité d’un autre mandat pour l’actuel président de la République, au grand mépris de notre chère constitution et de l’accord de la Saint Sylvestre qui est Clair à ce sujet », décrie l’Abbé Nshole.

Par ailleurs, la CENCO demande aux autorités du pays de lever la mesure qui interdit les manifestations publiques.

« Dans la perspective d’élections apaisées, crédibles et inclusives, la levée du décret interdisant les manifestations publiques est une nécessité majeure pour rassurer toutes les parties prenantes d’un climat favorable à la préparation des scrutins », souaite-t-il.

Lors de cette rencontre avec la presse, l’Abbé Donatien N’shole demande aussi à l’Assemblée nationale d’assumer à temps ses responsabilités à propos de l’enrôlement des Congolais de l’étranger afin d’éviter que cette situation devienne une raison pour justifier un report des scrutins, prévus le 23 décembre prochain.

Partager avec vos amis: