LIGUE DES CHAMPIONS – Le Real reste au sommet

© AFP / Par Yassine KHIRI | Les joueurs du Real Madrid exultent après leur victoire en finale de la Ligue des champions face à Liverpool, le 26 mai 2018 à Kiev

LIGUE DES CHAMPIONS – Le Real reste au sommet. Pour la troisième saison de suite, le club madrilène a remporté la Ligue des Champions, en battant Liverpool (3-1). A Kiev, les Madrilènes se sont imposés grâce à un but de filou de Benzema, une bicyclette dingue de Bale et un dernier but du Gallois, bien aidé par Karius, catastrophique. Zinédine Zidane décroche son 3e titre.

Une fin cousue de fil blanc. De la couleur du maillot madrilène. Dans une finale à la dramaturgie magnifique et au scénario complètement fou, le Real Madrid s’est offert ce samedi à Kiev son treizième titre en Ligue des champions (un record), le troisième d’affilée, en disposant d’une équipe de Liverpool privée rapidement de son joueur phare, Mohamed Salah, sur blessure (3-1).

La lumière pour le Real est d’abord venue de Zidane qui a sorti Isco pour faire entrer son arme fatale, Gareth Bale. L’éclair est venu lui du Gallois qui, sur une bicylette exceptionnelle, a fait pencher la balance du côté des Merengue dans la dernière demi-heure. Un geste d’exception pour une finale historique et magnifique marquée aussi par les boulettes de Loris Karius sur l’ouverture du score de Benzema et sur le troisième, signé une nouvelle fois Bale. Une finale le destin a choisi, encore une fois, de faire pencher en faveur du club le plus sacré de l’histoire de cette compétition.

Salah, le coup dur

Il y eu, sur la pelouse de l’Olimpiyskyi de Kiev, deux finales. La première avec Mo Salah. Exceptionnel d’efficacité cette saison et insaisissable sur ses premières minutes de jeu, l’Egyptien a participé à l’excellent début de match des Reds, positionnés très hauts et asphyxiant la relance madrilène. Le contre-pressing de Jürgen Klopp portait ses fruits et les Anglais se procuraient de nombreuses occasions (7e, 8e, 23e). Mais, on le répète assez souvent, face à ce Real si résilient, à ce niveau, il faut faire mouche.

Car, en face, c’est une équipe sans pitié qui met fin aux rêves de ses adversaires. Avec un général du vice incarné par Sergio Ramos, les Madrilènes ont fin à celui de Mo Salah. En retenant le bras de l’Egyptien dans sa chute, le défenseur espagnol a provoqué une grave blessure à l’épaule du meilleur buteur de Premier League. Malgré son courage et sa tentative de rester sur la pelouse, il n’a pas pu continuer, quittant le champ de bataille en pleurs (25e). Et le vent, qui soufflait fort dans le dos des Reds, a changé de camp.

Les boulettes de Karius…

Dès lors, c’est un autre match qui a commencé. Et la froideur bestiale du Real est soudain revenue. Après plusieurs alertes en fin de première période (43e, 45e, 45+3e), la troupe de Zidane a pris l’ascendant grâce à un but gag, peut-être le plus improbable de l’histoire des finales. Le filou Benzema a mimé le désintérêt sur la relance à la main de Karius

via eurosport.fr

Partager avec vos amis: