Liga: sans pitié, Barcelone humilie un Real Madrid bien malade

Les Blaugrana n’ont fait qu’une bouchée des Madrilènes au Camp Nou (5-1), le 28 octobre 2018.
Albert Gea/Reuters

Le choc majeur du championnat d’Espagne entre les deux fameux rivaux ce dimanche 28 octobre a tourné sans surprise en faveur du FC Barcelone, victorieux du Real Madrid au Camp Nou (5-1). La réaction des Madrilènes en seconde période n’a pas suffi pour endiguer la déferlante barcelonaise, symbolisée par les trois buts inscrits par le seul Luis Suarez. Le Barça est leader tandis que le Real végète en milieu de tableau. L’avenir de l’entraîneur Julen Lopetegui semble scellé.

Le temps passe. Et cela devait bien arriver un jour : pour la première fois depuis décembre 2007, le fameux « Clasico » espagnol entre le FC Barcelone et le Real Madrid s’est joué sans les deux extraterrestres de notre époque, à savoir Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Le premier a fait ses bagages pour la Juventus durant l’été après neuf années glorieuses à Madrid. Le second, lui, porte toujours le maillot catalan, mais il était indisponible pour le choc de ce dimanche 28 octobre (10e journée de Liga) à cause d’une fracture du bras droit. C’est donc du bord du terrain que Messi a vu ses coéquipiers l’emporter brillamment sans lui (5-1).

Le Real espérait rebondir, le voilà plus bas que terre

Avant le coup d’envoi, le rapport de force était clairement en faveur des locaux. Car depuis le début de la saison, le Real Madrid va mal. Les départs de Cristiano Ronaldo et de Zinedine Zidane, les hommes forts des trois dernières saisons triomphales du club (trois Ligues des champions, deux Mondiaux des clubs, deux Supercoupes de l’UEFA, une Liga), ont laissé un vide immense. Sportivement, ça se ressent : déjà trois défaites en Liga où le géant pointe à une piteuse 9e place, une campagne européenne avec le couac d’un revers contre le CSKA Moscou, une attaque en berne… et un sentiment général que plus rien ne trouve vraiment rond.

Le choc de dimanche face à un Barça en pleine forme était à double tranchant : soit le Real Madrid se rebellait face à son meilleur ennemi, à l’extérieur en plus, et s’offrait une bouffée d’oxygène salvatrice, soit le triple vainqueur des trois dernières Ligues des champions s’effondrait. Malheureusement pour les nombreux supporters madrilènes, c’est, sans grande surprise, le deuxième scénario qui s’est dessiné dans un Camp Nou ravi de voir son Barça piétiner son adversaire (5-1).

L’Uruguayen Luis Suarez a marqué un triplé avec le Barça contre le Real Madrid, le 28 octobre 2018.
Paul Hanna/Reuters

Face à un Barça sûr de sa force, le Real n’a que brièvement fait illusion

Après 45 minutes, le ton était déjà donné. Dans l’antre des Blaugrana, Barcelone menait déjà 2-0. Philippe Coutinho avait profitait des largesses défensives pour ouvrir la marque avec facilité (11e). Puis, Raphaël Varane, pas au mieux depuis la fin de la Coupe du monde, a provoqué un penalty en fauchant Luis Suarez ; ce dernier s’est fait justice lui-même (30e). Le break fait à la pause ne souffrait alors d’aucune contestation. Et Varane « payait » sa prestation et le besoin de révolte en étant remplacé par Lucas Vazquez.

Le début de la seconde période, en revanche, a montré un Real Madrid au visage transformé. Marcelo a relancé les siens (50e) et Luka Modric est passé à un doigt de l’égalisation, mais son tir a trouvé le poteau de Marc-André ter Stegen, le portier catalan. L’espace de 20 minutes, le Real Madrid a retrouvé de son panache et a opposé à son rival une résistance farouche, sans parvenir à faire céder le verrou une seconde fois.

Le Brésilien Marcelo a marqué mais n’a pu empêcher la lourde défaite du Real Madrid à Barcelone (5-1), le 28 octobre 2018.
Albert Gea/Reuters

Luis Suarez met au supplice un Real en pleine crise

Après plusieurs minutes à faire le dos rond et à souffler de soulagement face aux ratés madrilènes, le Barça a repassé la vitesse supérieure. Et le Real Madrid a volé en éclats. De la tête, Luis Suarez a redonné un break d’avance (75e). L’Uruguayen s’est ensuite joué de Thibaut Courtois pour assommer définitivement le Real (83e). Et Ousmane Dembélé, entré en jeu en seconde période, a achevé le spectacle en déposant le ballon sur la tête d’Arturo Vidal, lui aussi entré en jeu et auteur de son premier but avec Barcelone (87e).

Ce Clasico ne restera pas sans conséquences. La première, directe, se voit au classement : le FC Barcelone reprend la tête du championnat et laisse le Real Madrid à la 9e place, sept points derrière. Et dans l’éternelle rivalité entre les deux mastodontes, cette victoire éclatante ravit le camp catalan. Le Real, lui, concède une troisième défaite consécutive en Liga, ce qui ne lui était plus arrivé depuis mai 2009. Julen Lopetegui, l’ancien sélectionneur de l’Espagne qui a pris la relève de Zinedine Zidane en juin dernier, est proche de la sortie. D’après la presse espagnole, son sort était déjà réglé depuis le week-end dernier. Il serait bien étonnant que le technicien survive à cette humiliation. Le Real Madrid s’avance vers une nouvelle période compliquée et incertaine.

via rfi

Partager avec vos amis: