Point de presse Commission Electoral Permanante de l’ UDPS

La commission électorale permanente de l’Union pour la démocratie et le progrès social a évalué le processus électoral de 2018 en 2 grands points.

Premièrement le président de la CEP de l’UDPS a commencé par présenter le Processus électoral 2018,en affirmant que
‘udps avait investi 624 dossiers aux législatives provinciales et 443 dossiers aux législatives nationales.
Seulement les distances à parcourir, les délais, la production des preuves de paiement en original ainsi que les manœuvres de certains préposés de la CENI ont réduit la présence électorale du parti avec au final 377 candidats aux législatives nationales et 486 aux législatives provinciales.


Pour les sénatoriales, l’udps a aligné 24 candidatures dans 14 circonscriptions. Et aux gouvernorats 12 candidatures pour 12 provinces.
La CEP avait aussi inscrit la candidature de Félix Antoine Tshisekedi au BRTC de la CENI pour le compte de l’élection présidentielle.

En ce qui concerne la surveillance électorale:
Dans l’idéal d’atteindre la barre de 270 000 témoins, l’Udps a pu accréditer 103 000 témoins.

Renforcé par la cellule électorale de l’UNC via l’accord de Nairobi, l’udps a pu atteindre 73% de compilation des résultats.

Deuxièment la CEP a également soulignée quelques défis et recommandations.

La CEP/UDPS a formulé quelques recommandations pour améliorer le processus à venir :

  1. Rendre plus pratique la procédure d’inscription des candidatures ;
  2. Publier, au plus tard 6 mois avant le vote, la cartographie électorale ;
  3. Renforcer la vulgarisation de la loi électorale et ses mesures d’application ;
  4. Subventionner les partis et regroupements politiques ayant atteint le seuil national ;
  5. Améliorer sensiblement la procédure d’accréditation des témoins ;
  6. Remettre à chaque témoin accrédité une copie certifiée des résultats ;
  7. Renforcer la vulgarisation sur l’utilisation de la machine à voter ;
  8. Rendre effectif le cadre de concertation CENI-Partis politique-Candidats ;
  9. Renouveler le bureau de la CENI ;
    Affichages des listes des électeurs dans le délai légal ;
  10. Renforcer la rigueur, l’éthique et la justice dans la gestion des contentieux électoraux

En bref, l’UDPS considère que, comparé au cycle de 2011, dans son ensemble, le processus électoral se passe jusqu’ici de manière plus acceptable. Nous sommes cependant d’accord avec la majorité des observateurs qui relèvent qu’il y a encore de nombreux aspects à améliorer

Partager avec vos amis: