RDC : les évêques de la CENCO « préoccupés » par l’état actuel du processus électoral

Des membres de la CENCO lors des travaux de la finalisation de l’arrangement particulier au centre Interdiocésain à Kinshasa, le 20/03/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Les évêques catholiques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), affirment qu’ils sont préoccupés par l’état actuel du processus électoral en RDC. Cette préoccupation est contenue dans un plaidoyer que cette structure de l’église catholique a fait auprès d’Edgar Lungu, Président de la Zambie et Chairman de la Troïka de la SADC sur la Politique, la Sécurité et la Défense, lundi 10 septembre.

Selon la CENCO, seules les élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées constituent la solution et l’unique voie de sortie pacifique de la crise socio-politique que traverse la RDC depuis 2016.

Les évêques notent, dans un communiqué rendu public lundi 10 septembre, certaines avancées liées au processus électoral. Ils citent notamment l’existence d’un fichier électoral audité, le respect des dates clés du calendrier électoral, la publication des listes des candidats à l’élection des députés provinciaux et députés nationaux, la publication des listes provisoires des candidats à l’élection présidentielle.

Les prélats catholiques ont aussi noté le financement progressif du processus électoral par le gouvernement congolais et le début d’affichage des listes électorales provisoires.

Inquiétudes

La CENCO soulève certaines inquiétudes liées à ce processus. Elle relève l’existence d’environ 6 millions d’électeurs enregistrés dans le fichier électoral sans empreintes digitales, la faible mise en œuvre des mesures de décrispation de l’espace politique. 

Les évêques rapportent aussi les dénonciations par quelques parties prenantes de la manipulation de la CENI et des Cours et Tribunaux par le pouvoir en place:

Ils citent entre autres l’exclusion du processus électoral de quelques acteurs majeurs de l’opposition, les interdictions, les dispersions, les répressions des marches et manifestations publiques organisées par les partis et regroupements politiques de l’opposition et les mouvements citoyens et la confiscation des médias publics au profit du pouvoir en place.

Propositions

La CENCO recommande au chairman de la Troïka de la SADC sur la politique, la sécurité et la défense de convaincre le Gouvernement congolais à parachever la mise en œuvre des mesures de décrispation politique selon l’Accord de la Saint-Sylvestre et pour la tenue d’élections inclusives et apaisées. 

Elle lui demande aussi d’aider les parties prenantes à trouver le consensus sur la machine à voter/ou à recourir aux bulletins papiers, le cas échéant,  et appeler la CENI à la clarification des cas des personnes enregistrées dans le fichier électoral sans empreintes digitales.

Les évêques plaident aussi pour l’accréditation des Observateurs électoraux tant nationaux qu’internationaux.

Car « si les questions soulevées ne trouvent pas des bonnes réponses, nous risquons, soit de ne pas avoir les élections le 23 décembre 2018, soit avoir des élections biaisées.

Dans l’un ou l’autre cas, faute d’élections crédibles, inclusives et apaisées, la RDC risque de basculer dans la violence voire dans le chaos qui peut embraser toute la sous-région des grands-Lacs », alerte la CENCO.

Partager avec vos amis: